Comprendre dans la pensée africaine le symbole du totem.

« Ère civilisationnelle Égypto-Nubienne & Afrique noire impériale » filiation civilisationnelle essentiellement totémique (et non zoolâtre). Le canon immémorial du statuaire royal Égypto-Nubien, se repère par la position axiale de la jambe gauche en avant qui traduit « la notion de mouvement ».

Kheperu n Kemet veut dire « les Manifestations de Kemet en action, interpellées par la question de notre devenir dans le temps comme dans l’espace ». Autrement dit pharaon en dynamique et au service du peuple. Dynamique qui ne peut naître que de la conscience qu’on a de soi.

 

Comme le rappelle l’une des 1eres sentences de la cosmogénèse africaine

« la conscience de soi est le mouvement initial qui conditionne tout acte de création ».

 

 Tamboué ! « Le lion » en Lingala, langues du domaine (dit Bantou) prend aussi pour signification « le pas du lion conquérant », car le mot du « Pas » Tamboué ! Dans nos langues est aussi le mot du Lion, tout comme dans les langues du domaine (dit Soudano-Sahélien) où le Nom du plus grand des Rois Soundiata Keita veut dire « le lion qui marche » et Keita « prend l’héritage ».

Le lion est l’animal que l’on n’ose à peine nommer dans la langue des « Peulh » tant il est craint. Car il est le symbole de l’accomplissement « métaphore de l’épreuve que chaque être humain doit affronter au cours de sa vie ».

 

C’est à cette raison principale que le totem du « Lion » par analogie aussi « sa patte » abordé par les mots dans nos langues rejoint de la sorte le canon du statuaire royal Égypto-Nubien associés au trône comme « fondement institutionnel » dans les royautés africaines.

Ce symbole de pouvoir (négro-africain ancestral) sera repris jusque dans la Rome antique, puis plus tard, par les Rois de France et toutes les institutions de pouvoirs depuis.