Nigeria’s hidden wonder

Le plus grand monument historique de tous les temps.

Sungbo Éredo « joyau du génie civil africain ancien » attend de prendre sa place dans les livres d’histoire et du monde.

 

Les grands remparts de terre brune d’Eredo Sungbo, encerclaient la fabuleuse et antique cité-État de la ville d’Ijebu-Odé de la région d’Ogun du sud-ouest (dans ce qui est aujourd’hui le Nigéria) voilà plus de 1000 ans.

La plus grande ville antique du monde, fut à la démesure de sa réputation. Les légendes locales les plus extravagantes coururent sur cette mégastructure. « Un joyau architectural » serti dans un ruban fortifié de 160 km de circonférence englobant plus de 1000 kilomètres carrés de terres surmontées d’une paroi verticale lisse de plus de 20 mètres de hauteur.

La réalisation sur un plan d’échelle nécessita de déplacer plus de 3,5 millions de mètres cubes de travaux de terrassement pour le rempart seul, et fait d’Éredo Sungbo « le plus grand phénomène archéologique unique de la terre ».

 

Il faut garder à l’esprit, concernant les constructions monumentales africaines anciennes (Pyramides, Sphinx, Lya, grand zimbabwé, etc) le « principe fractal » de la représentation du monde d’en haut (le macrocosme) retranscrit et appliqué au monde terrestre (le microcosme), que rappelle une allégorie de sagesse  « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » en d’autres termes « le monde organisé », qui fut le moyen de tout temps en Afrique d’unifier un espace de communautés diverses en une seule entité.

 

La reine Bilikisu Sungbo

 

C’est cette Organisation qui fit naître la personnification de la Civilisation chez les peuples négro-africains, que gouverna à Éredo Sungbo sa plus illustre souveraine, Bilikisu Sungbo imprégnée par la nécessité féconde du travail en commun dont le principe d’action fut rythmé par « Mâaya », symbolisme patent de la « Mâat égyptienne ancestrale » paix, vérité, justice, harmonie.

Les murs ( gardiens ) d’Éredo Sungbo conservaient en leur sein un autre « joyaux extraordinaire »…, cela fera l’objet d’un prochain récit .