Une culture ancienne au cœur de l’Afrique à l’époque des Pharaons.

 

 

La civilisation de « Nok » témoigne de l’existence d’une culture ancienne au cœur de l’Afrique à l’époque des Pharaons et située en dehors de la vallée du Nil et de la région des grands lacs. On repère la trace de cette culture antique dans le Nord du Nigeria, accrochée sur les hauts plateaux de Bauchi. La civilisation de Nok (fédération de communautés très anciennes) serait arrivée à son apogée vers (2000 a.v l’.E.O) mais aura brusquement disparu (pour des raisons encore inconnues) aux alentours de (400 de l’.E.O).

 

 

 

On sait de source archéologique que la culture Nok fut porteuse d’une esthétique très codifiée (l’expression d’une manière d’être) clairement segmentés selon les fonctions de chacun dans l’ordre étatique de la société dont en témoignent admirablement les splendides statues de terre-cuite représentées dans des « traits et postures » quotidiennes très variées. Certaines des plus grandes en base en forme de dôme semblent avoir été utilisée comme ornement sur les toits des édifices.

Quant à celles appelées « Statues colonnes » exclusivement féminines et toute emprunte de noblesse, elles sont toujours représentées debout : Bras le long du corps ou mains repliées sur la poitrine (chasse-mouches sur l’épaule) à l’identique du statuaire royal des souverains et souveraines de la vallée du Nil et de la région des grands lacs. Cette caractéristique sociale fait montre d’un partage culturel commun d’avec tous les peuples d’Afrique.

ici dessous sculpture Nok (en génuflexion -500 av l’.E.O.)

 

 

 

Tous ces objets de considérations (pleins de sérénité et de bienveillance) ornaient les lieux sacrés du royaume, attestant par là même la dimension sociale de la culture Nok basée sur un lignage matrilinéaire où les enfants des sœurs des souverains furent les héritiers de droit de leurs oncles maternels.

 

Articles similaires